Dans les coulisses de l’accord Bayer-Monsanto

Le Wall Street Journal a publié aujourd’hui un long article retraçant l’histoire de l’acquisition de Monsanto par Bayer, basée en Allemagne. Cet accord est le résultat de la persévérance du nouveau PDG, Werner Baumann: depuis des années, il cherchait à convaincre la direction d’acquérir le concurrent américain, même après que l’Organisation mondiale de la Santé avait classé le glyphosate comme potentiellement cancérigène en 2015. Son prédécesseur, Marijn Dekkers, avait toujours opposé l’acquisition en raison des problèmes juridiques liés au glyphosate et des différences de culture d’entreprise entre les groupes. Par conséquent, à l’époque de Dekkers, Baumann avait partiellement réduit sa pression en faveur d’une prise de contrôle.

Baumann a toujours soutenu cette initiative en déclarant, de même que la presse, que les actions en justice, qui font maintenant 9 300 procès, ainsi que la réputation du groupe sont entièrement sous contrôle. Le directeur allemand a grandi à Bayer, sous l’aile de l’ancien PDG Wenning, qui l’a soutenu dans son ascension dans des postes de plus en plus importants, tels que chef de la stratégie et du portefeuille, et responsable du marché américain.

Cependant, de nombreux actionnaires sont perplexes face à l’acquisition et de nombreux investisseurs partagent ce sentiment. En effet, les actions de Bayer ont perdu plus de 30 milliards de dollars depuis que Baumann a pris le contrôle de la société et 28 milliards de dollars depuis l’annonce de la transaction.

(Source: WSJ)