Face à face entre Roche et Bayer pour l’approbation de deux nouvelles thérapies antitumorales

Les deux multinationales Bayer et Roche ont présenté, au congrès de l’ESMO qui est en train de se dérouler à Munich, de nouvelles données cliniques relatives à leurs antitumoraux, c’est-à-dire Entrectinib (Roche) et Larotrectinib (Bayer en partenariat avec Loxo). Les deux molécules sont identiques et il ne surprend pas que les deux thérapies montrent de résultats cliniques très similaires, même si la thérapie de Bayer semble être légèrement meilleure et pour cela elle pourrait favoriser une approbation plus rapide de la part de la FDA (novembre). Le mécanisme des deux thérapies est aussi identique, en fait les deux agissent sur un certain type de cancers avec de mutations génétiques particulières au niveau de récepteur TRK, cela signifie que les deux entreprises visent à l’approbation du médicament non pour le cancer sur des organes spécifiques, mais simplement sur chaque cancer qui présente les mêmes mutations génétiques au niveau de TRK et qui on estime être 1% du total.

Il est intéressant d’observer que les deux entreprises n’ont pas développé au niveau interne les deux thérapies, en fait Entrectinib dérive de l’acquisition de $1.7bn de Inlyta de la part de Roche, tandis que Larotrectinib est entrée dans le portefeuille de Bayer par effet de l’alliance avec Loxo et jusqu’à maintenant elle a coûtée $400m. Selon les analystes Larotrectinib pourrait arriver à générer €1.7bn pa et cela grâce aussi aux données cliniques excellentes obtenues par Bayer. Bayer en fait  a testé Larotrectinib sur 122 malades de cancer (avec de types différents de cancer) et elle a relevé une amélioration dans 80% des cas et dans 18% des cas il y a eu même une récession complète du cancer. Dans le cas de Entrectinib de Roche la réponse au médicament a été observée seulement dans 57% des patients (77% dans le cas de malades de cancer du poumon).

(Source Handelsblatt)