GSK médite le démembrement du groupe en deux

Le Financial Times entre hier et aujourd’hui a publié une série d’articles dédiés à la récente décision des grands actionnaires de GlaxoSmith Kline d’évaluer la division en deux du groupe pharmaceutique britannique. La considération est dictée par le fait que la création de deux unités indépendantes, Consumer Health et Pharmaceuticals augmenterait le retour financier pour les actionnaires et permettrait peut-être une vente facile de la division Consumer Health, qui est évaluée au moins $22bn, c’est-à-dire 30% de la capitalisation de GSK.

Il est bizarre que la demande des investisseurs arrive juste maintenant que la CEO Emma Walmsley est arrivée à faire changer le cours des choses à l’entreprise en faisant gagner au titre (Londres) plus que 18% YTD. Emma Walmsley a en outre forcé une rationalisation des projets R&D et a apporté la dépense pour la recherche au chiffre record de $5bn. Mais l’action la plus drastique de la part de la manager britannique a été l’achat de la part de Novartis du contrôle de la JV Consumer Health pour $13bn. Un geste apprécié par le marché parce que avoir le contrôle de la division Consumer Health permet de se garantir une entrée stable de cash sans les oscillations de performances financières qui caractérisent au contraire le marché pharmaceutique.

La communauté financière semble apprécier le fait que GSK médite la division en deux du groupe historique et en fait le titre hier a gagné 3% dans une journée très difficile pour le secteur pharmaceutique.

(Source FT)