GSK, Takeda et Sanofi leaders en politiques éthiques et humanitaires pour les pays les moins développés

Le quotidien économique et financier français Les Echos a publié aujourd’hui les résultats d’une analyse réalisée par l’ONG Access, qui évaluait les activités des grands fabricants de médicaments dans les pays les moins développés, et a identifié trois entreprises affichant des approches plus éthiques que leurs concurrents: Sanofi, société basée en France, Takeda au Japon, et GlaxoSmithKline au Royaume-Uni.

Parmi les trois, GSK semble avoir le plus grand portefeuille de produits pour les pays les plus pauvres et le plus grand portefeuille de thérapies expérimentales adaptées aux pays à faible revenu. GSK dispose d’une politique consolidée accordant aux personnes ayant participé à des essais cliniques l’accès au traitement une fois les tests terminés. Elle s’engage toujours à assurer l’enregistrement du produit dans tous les pays ayant participé à des essais cliniques – en cas de résultat positif. De plus, le groupe dirigé par Emma Walmsley a adopté une stratégie impressionnante de prix ajusté pour 60% de ses produits.

Il est important de noter que GSK a conclu des contrats de licence non exclusifs aux conditions favorables pour deux produits clés du SIDA, qui encouragent le développement de médicaments génériques. Le groupe GSK est également l’un des premiers à répondre aux urgences sanitaires en coopérant avec les ONG et l’OMS.

Le groupe Takeda, quant à lui, accroît son engagement dans les pays les moins développés du monde: il a récemment ajusté le prix de 10% de ses médicaments au revenu de ces pays; De plus, il fait partie de la plate-forme Pat Informed, dans laquelle une partie de ses brevets est disponible pour favoriser le développement de médicaments génériques.

En ce qui concerne les dons, Sanofi prend les devants: le groupe français a toujours réagi aux urgences sanitaires majeures, telles que les récentes inondations en Inde et les glissements de terrain au Pérou, en collaboration avec la Croix-Rouge péruvienne; En outre, Sanofi participe à des programmes de dons à long terme visant à éliminer certaines maladies, telles que la maladie du sommeil.

Le pipeline de Sanofi contient pas moins de 8 vaccins potentiels, dont 4 co-développés avec des ONG telles que Medicines for Malaria Venture et DNDi. La société n’effectue des essais cliniques que dans les pays dans lesquels elle prévoit de commercialiser ultérieurement ses molécules et adapte 30% du prix de ses produits à celui des pays pauvres. Malheureusement, Sanofi ne participe pas à l’initiative Pat Informed pour le développement de médicaments génériques.

(Source Les Echos)