La défense de Brandicourt, le CEO de Sanofi

Dans un entretien accordé pendant le World Economic Forum de Davos, le CEO de Sanofi Olivier Brandicourt a défendu la stratégie poursuivie par le groupe à partir de la date de son installation, qui a eu lieu en avril 2015. La défense arrive comme conséquence à la croissante impatience des investisseurs, qui exigent une acquisition importante, qui garantit la croissance future du groupe français. Sanofi en 2016 a échoué dans l’acquisition de Medivation, qui au contraire a été acquise par la concurrente Pfizer pour $14bn, et il semble en retard dans l’acquisition de la biotech suisse Actelion, qui selon de rumeurs de marché est sur le point d’être acquise par Johnson & Johnson per $28bn. Brandicourt, pendant l’entretien, a déclaré que son groupe n’envisage pas acquérir des entreprises surévaluées et que même si M&A est une partie importante de la stratégie de la croissance de Sanofi, le groupe peut se développer aussi à travers une croissance organique interne. Le titre Sanofi est l’un des titres qui ont gagné moins dans le panorama healthcare. En fait dans les derniers 5 ans le titre (NYSE et Paris) a gagné environ 37%, tandis que la moyenne du secteur healthcare (Stoxx 600 healthcare index) a été de 61%. Il est important de rappeler que Sanofi a en cours un important programme de réduction de coûts de 1.63bn, qui prévoit entre autre une réduction d’au moins 600 postes en France. (Source Yahoo Finance)