La dynamique du marché des biosimilaires

Selon l’hebdomadaire The Economist, les biosimilaires pourraient devenir la solution faisant face aux prix élevés des soins de santé aux États-Unis, où moins de 2% de la population peut se permettre les traitements les plus avancés et les plus efficaces, alors que ces traitements représentent 35% des dépenses totales du pays en soins de santé.

Les biosimilaires sont des médicaments agissant comme des médicaments originaux, mais à des prix plus abordables. Les premiers biosimilaires ont été approuvés en Europe en 2004 et aux États-Unis en 2010. Le meilleur exemple de ce succès est Humira, le médicament contre l’arthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn vendu par AbbVie et rapportant environ 20 milliards de dollars par an, ce qui l’a classifié comme étant le médicament le plus vendu au monde. Ce volume de ventes a suscité l’intérêt des fabricants de biosimilaires. En effet, 5 biosimilaires à Humira ont été approuvés, dont trois sont déjà en vente, le plus célèbre étant Amjevita, développé par son concurrent Amgen. La direction d’AbbVie a indiqué dans un communiqué de presse récent que la concurrence des biosimilaires en Europe avait obligé la société à réduire considérablement le prix de Humira, les biosimilaires étant désormais vendus à 20% de son prix.

Neulasta, le médicament contre le cancer vendu par Amgen pour un montant de 3,7 milliards de dollars par an: son biosimilaire, développé par Coherus BioSciences en Californie, a été lancé il y a quelques jours.

Selon les dirigeants de McKinsey consulting, le marché des biosimilaires est lié à une croissance spectaculaire: les ventes passeront actuellement de 5 milliards USD à 15 milliards USD avant 2020, ce qui pourrait permettre au système de santé américain d’économiser au moins 54 milliards USD.

(Source The Economist)