Le nouveau cours de Novartis

Désormais il est clair à tout le monde que le nouveau CEO de Novartis, Vas Narasimhan, a un style managériale beaucoup plus agressif de son prédécesseur Joseph Jimenez. Depuis la nomination en tant que CEO de Narasimhan, Novartis a conclus des accords M&A pour une valeur de $25.8bn et ils ont concerné l’acquisition de Advance Accelerator Application payée $3.9bn, l’achat de assets de Spark Therapeutics pour $170m, la cession à GSK de la participation dans la JV Consumer Health ($13bn) et l’accord annoncé hier qui concerne AveXis ($8.7bn). Cette série impressionnante d’accords est contraire à la politique dictée par Joe Jimenez, qui s’est toujours démontré réticent à achever des acquisitions, surtout dans une période dans laquelle le marché semble récompenser les cibles avec de riches primes.

Beaucoup de monde voit beaucoup de points communs entre le nouveau chef de Novartis et le légendaire CEO Daniel Vasella qui a dirigé le groupe depuis 1999 jusqu’à 2013, en implémentant de changements radicaux par rapport à la gestion précédente. Narasimhan pas seulement s’est démontré extrêmement dynamique sur le front M&A, mais il a dicté aussi de changements importants dans le R&D du groupe, étant donné qu’il veut accentuer le focus du groupe dans le drug discovery et il veut une implication majeure dans de nouveaux secteurs comme la precision medicine et la digitalisation.

En outre il y a de signes évidents que le manager américain prendra de décisions importantes sur le sort de certains assets. En particulier il semble évident que Narasimhan veut céder la partie nord-américaine de Sandoz qui commercialise de médicaments génériques et qui est évaluée plus que $2bn. Il y a aussi des indications sur une décision pour Alcon (acquise pendant l’époque Vasella), qui pourrait être cotée en bourse et générer $25-$35bn. Pourrait être proche aussi la cession de la participation que Novartis détient en Roche qui s’élève à 6% et qui aujourd’hui vaut presque $14bn.

Pour implémenter ce nouveau cours Narasimhan a révolutionné son management team avec la nomination de nouveaux managers et avec l’éloignement d’autres. Depuis l’installation du nouveau CEO, le titre Novartis (Zurich) a subi de variations de prix très petites, malgré le nombreux accords signés.