Les antibiotiques et la résistance bactérienne: notre nez nous sauvera?

Certains scientifiques de l’Université de Tubingen, Allemagne, ont découvert une bactérie située dans notre nez, le Staphylococcus lugdunensis, qui produit une substance dénommée lugdunine. Ce composé s’est révélé un bactéricide envers la plupart des pathogènes. Ce qui apparait surprenant, et prometteur du point de vue clinique, c’est le fait qu’il ne devrait pas provoquer la résistance dans les bactéries qu’il doit éliminer. C’est un élément de première importance, dans une situation dans laquelle la résistance bactérienne représente un des défis majeurs et parmi les plus inquiétants au niveau mondial. La recherche a été publiée dans la revue Nature. Les auteurs de cette étude se sont attardés sur l’analyse de la résistance bactérienne, supposant, dans l’article, que dans 10 ans les bactéries résistantes pourraient devenir une problématique dangereuse pour la santé beaucoup plus que la tumeur. La découverte semble donner le feu vert à une ligne de recherche nouvelle, qui tourne son attention pas seulement vers la nature, de laquelle proviennent beaucoup des substances utilisées comme des médicaments, mais vers le corps humain même, au microbiote, qui semble avoir en lui-même toutes les possibilités de combattre des pathogènes potentiellement dangereux pour la vie. (Source MEDPAGE TODAY)