Pascal Soriot, exprime son insatisfaction pour son paquet de rémunération

Il y a 4 ans le CEO de AstraZeneca Pascal Soriot est arrivé à convaincre les shareholders et le gouvernement britannique à refuser l’offre d’acquisition de Pfizer de $118 milliards. A l’époque Soriot avait garanti un retour financier et une protection des emplois que, selon lui, Pfizer ne pouvait pas garantir. Hier dans une longue interview au quotidien britannique, The Times, Pascal Soriot a défendu sa décision de l’époque, en déclarant que son groupe se trouve dans une position stratégique excellente avec un fort pipeline dans de secteurs thérapeutiques importants, parmi lesquels il y a surtout le secteur oncologique. Pendant l’interview le manager français a aussi exprimé son mécontentement pour son paquet de rémunération, qui, selon Soriot, est le plus bas parmi les paquets des CEO de groupes importants groupes et aussi le chef de GSK Emma Walmsley -selon Soriot- est payée beaucoup moins de ce qui devrait être payée. Il est important de rappeler que Pascal Soriot a perçu en 2017 GBP9.4m, ce qui est beaucoup moins de la somme perçue en 2016 ( GBP14.3m) et que la plupart des actionnaires s’est opposée à la proposition de prime faite en mai.