Un rapport de la OMS sur la consommation de l’alcool et sur l’alcoolisme

L’organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un rapport longue et détaillé sur la diffusion de la consommation de boissons alcoolisées et sur leur effet sur la société. Selon l’OMS, plus que 3 millions de personnes sont décédées en 2016 à cause des effets d’une consommation excessive d’alcool, et cela correspond à 5% des décès totaux. 3/4 des décès à cause de l’alcool concernent les hommes et 28% sont dus à des accidents létaux causés par l’alcool, 21% pour de pathologies du système digestif, 19% pour de dommages du système cardiovasculaire et le reste pour de cancers, de maladies infectieuses et de pathologies mentales. Malgré les campagnes de sensibilisation, au monde il y a 237 millions d’hommes et 46 millions de femmes qui ont de graves problèmes avec l’alcool et les régions avec le plus grand nombre de problèmes sont l’Europe et le continent américain, c’est-à-dire les régions ayant le plus élevé revenue par habitant. La consommation moyenne d’alcool des buveurs est calculé à 33 grammes d’alcool par jour, c’est-à-dire deux verres de vin ou une bouteille de bière. La donnée statistique la plus préoccupante est celle qui concerne 27% des adolescentes entre 15 et 19 ans qui sont de buveurs et le pic on l’a en Europe, où le pourcentage est de 44%.

Au niveau mondial la consommation d’alcool concerne pour 45% les alcools forts, pour 34% bière et 12% vin.

Les formes de dissuasion mises en place par les gouvernement concernent surtout une taxation particulière et qui a été appliquée par 95% des pays membres de l’OMS, avec de cas, comme la Scandinave, où la taxation est tellement dure à avoir contribué significativement à contenir la consommation d’alcool.

(Source WHO)