Une analyse du marché des thérapies pour les maladies rares ($127bn)

Le Financial Times aujourd’hui a publié une longue review dédiée au marché des thérapies pour les maladies rares, un marché qui au cours de quelque année est devenu de plus en plus important pour les grands groupes pharmaceutiques. Par exemple dans ce sens les récents deals M&A. Il y a quelque semaine Sanofi a payé presque $12 milliards pour Bioverativ, une biotech active dans la recherche de solutions thérapeutiques pour de maladies hématiques rares. Shire, a acquis en 2016 Baxalta pour $32bn dans le but de devenir un leader dans le secteur des maladies rares.

La société de consulting EvaluatePharma, a estimé que le marché grandira de $127bn (2017) à $217bn d’ici 2022.  Parmi les médicaments les plus importants pour les maladies rares il y a Copaxone (Teva) avec un chiffre d’affaires de plus de $3.8bn, Soliris de Alexion ($3.2bn), Advate  de Shire ($2.3bn), Avonex de Biogen ($2.2bn) et Rebif de Merck KGaA ($1.8bn). Une caractéristique du secteur est le fait que le marché pour ces médicaments est très réduit à cause de rares cas au niveau mondial, et cela oblige les groupes pharmaceutiques à imposer des prix très élevés. Les deux cas les plus représentatifs sont peut-être Strimvelis (GSK), une thérapie génique pour la carence de adenosine deaminase et dont le prix a été fixé à $700000 pour le traitement et Brineura (maladie de Batten) de Biomarin qui coûte GBP500000.

(Source FT)