Une surveillance renforcée par les autorités chinoises à l’origine d’une grave pénurie de vaccins antigrippaux

La surveillance plus étroite exercée sur les fabricants chinois de médicaments par les autorités locales a entraîné une pénurie de vaccins antigrippaux à l’échelle mondiale, ce qui pourrait entraîner une propagation massive du virus au cours de la période cruciale qui se situe entre novembre et mars.

L’Institut national de contrôle des aliments et des médicaments (NIFDC) a décidé de renforcer la supervision de la fabrication de vaccins à la suite du scandale de juillet dernier, lorsqu’il a été découvert que Changsheng Biotech – représentant 15% de la production totale de vaccins en Chine – avait fabriqué des centaines de milliers de vaccins contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos contenant de fausses données de production – impossible à retracer en suivant les numéros de lots. Changsheng Biotech a rapidement reçu une lourde amende (1,3 milliard de dollars), ce qui a entraîné son retrait presque immédiat du marché boursier.

14,4 millions de doses de vaccins antigrippaux seraient prêtes à être vendues, un chiffre nettement inférieur à celui de 33 millions vendu l’an dernier.

Outre le ralentissement des inspections et des procédures d’autorisation des sites de production de vaccins, Sinovac Biotech, l’autre grand fabricant de vaccins en Chine, a dû interrompre sa production en raison d’une erreur impliquant 2,2 millions de doses.

Le vaccin contre le papillomavirus (HPV) fait face à une situation assez grave: sa pénurie pourrait entraîner une forte augmentation du nombre de cas de cancer du col utérin, comme fut déjà le cas dans le passé.

(Source: Reuters)